Recherche par mot clé

≠ Neurologie I Pourquoi cette chanson vous reste dans la tête ?


Une musique entêtante vous rend dingue ? C'est peut-être lié au volume de votre matière grise.

Nous avons tous un jour eu une chanson dans la tête dont il semblait, sur le moment, impossible de se débarrasser. Des chercheurs de l'université Goldsmiths de Londres viennent d'approfondir les connaissances autour de ce phénomène fréquent et parfois agaçant. Dans une étude parue dans la revue spécialisée Consciousness and Cognition, ils établissent un lien entre le ressenti de ce type d'expérience et la densité de la matière grise dans certaines zones du cerveau.

L'équipe de recherche a demandé à 44 volontaires de remplir un questionnaire en ligne de 20 minutes pour évaluer la fréquence d'apparition des épisodes, leurs longueurs, les émotions qu'ils suscitent et leurs effets sur la concentration. Les résultats étaient ensuite comparés aux mesures de l'épaisseur du cortex cérébral et du volume de la matière grise réalisées par IRM.

S'occuper l'esprit pour se protéger

D'après leurs résultats, plus une personne est irritée par la musique qui l'obsède, plus elle a de matière grise dans le pôle temporal droit, spécialisé dans le traitement des émotions. Au contraire, une personne qui dit être aidée à se concentrer par la ritournelle a plus de matière grise dans une zone du cortex parahippocampal droit, qui joue un rôle important dans la mémoire et les émotions associées à la musique.

La porosité à certaines rengaines ne serait pas uniquement dû à la structure du cerveau mais aussi à son oisiveté. Dans un second temps, les scientifiques ont en effet demandé aux volontaires d'effectuer une tâche après avoir été exposés aux génériques des films Pretty Woman et James Bond, jugés particulièrement entêtants. Plus la tâche demandée était complexe et moins la musique persistait dans le cerveau des sujets après l'expérience. D'après les chercheurs, le fait de se répéter en boucle une chanson pourrait servir à maintenir le cerveau dans un état d'éveil proche de la rêverie et aiderait dans certains cas à la concentration.

Lady Gaga en tête

Les scientifiques estiment qu'environ 90% de la population connaît au moins une fois par semaine un expérience de ce genre, avec une fréquence accrue chez les gens qui écoutent beaucoup de musique. Ces épisodes musicaux envahissants sont décrits comme gênants dans un tiers des cas.

Quant à savoir s'il y a des chansons à redouter plus que d'autres, les avis sont partagés. Au sein des volontaires, les morceaux spontanément cités comme restant le plus dans la tête sont Bad romance de Lady Gaga et Can't get you out of my head de Kylie Minogue. Pour les chercheurs toutefois, n'importe quelle mélodie peut devenir entêtante, indépendemment du style ou genre (pop, classique, jazz, ...). «Certains morceaux sont cités plus souvent que d'autres, mais l'expérience varie énormément en fonction des sujets», explique au Figaro Nicolas Farrugia, chercheur interdisciplinaire français à l'université Goldsmiths de Londres et coauteur de l'étude.

#Musiqueculture #dossier #SCIENCEMUSIQUE #ETUDESENQUÊTES

RECHERCHE PAR MOT CLE :

Pas encore de mots-clés.
Articles récents

M'OME : le Média de la Musique en Entreprise

Découvrez toute l'actualité de la Musique en Entreprise, les curiosités de l'Entreprise en Musique et les engagements des Entreprises pour la Musique ...

06.15.95.81.58

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • LinkedIn - Black Circle

M'OME - News by OME MEDIA

 

M’OME est le nom de baptême tout naturellement retenu par l’OME pour sa newsletter hebdomadaire. 

 

La M’OME prend la parole et appelle à un débat pour présenter des solutions aux pouvoirs publics, aux politiques, aux différentes instances : récompenser et inciter les entreprises à la PREVENTION AU BIEN-ETRE contre TAXATION D’OFFICE.

 

Musique, Bien-être, Sciences, ..., Coups de Gueule, High Tech, Nouveautés, Evènements ... La M’OME se consacre à tous ces sujets. 

 

Devenez ECLAIREURS du débat consacré aux solutions de prévention et au rôle des pouvoirs publics en matière d’incitation et d’aides.